Reprise de charpente en sous-œuvre

Oh le gros titre qui jargonne… et qui mérite éclaircissement
(comme certaines photos d’ailleurs)

2015-11-12_15-53-43
Une jambe de force toute neuve

Pour faire simple, la reprise de charpente correspond à un remplacement de certaines parties de la charpente, tout en respectant l’original.
En sous-œuvre, ça veut dire que l’intervention sur la charpente a été faite sans retirer la couverture.

Et comment en est-on arrivé là ?

La maison en question date du début du siècle dernier (alentours de 1900 ). Maçonnerie en pierre, charpente en chêne. Jusque là, tout va bien.
Mais, et c’est le début d’un désordre malheureusement trop courant, les murs ont été enduits de ciment, empêchant la circulation ‘normale’ de l’humidité.
Dans le cas précis, l’enduit a été réalisé à l’extérieur et à l’intérieur des façades. L’humidité remontant dans les murs n’avait donc qu’une seule manière de s’échapper : par les pièces de charpente en appui sur ce mur… Par endroits, les pannes ne reposaient plus que sur les 2 à 3 cm d’enduit ciment. Il était temps !

2015-10-08_13-37-33
une jambe de force et le pied d’arba, AVANT
2015-10-30_17-15-50
et jambe de force remplacée et greffe de pied d’arba (en cours)
2015-11-27_16-55-20
et APRÈS, jambe de force et blochet remplacés , pied d’arba greffé

Bilan : une 12aine de pannes à remplacer, 2 portions du faîtage reprises dans les pignons  ainsi que 3 jambes de forces.
( sans parler du boulot des maçons : gros travail de dépose de l’enduit ciment, rejointoiement à la chaux…)

2015-10-30_17-19-07
sur la droite, les pannes remplacées (celles qui sont plus claires)